Lisbonne

Je suis à près de deux mois de la fin de mon semestre Erasmus.

Je suis à la fois heureuse de trouver les personnes qui me sont chères en Guyane, mais en même temps déjà triste d'imaginer quitter les personnes avec qui je commence à tisser des liens ici, mes petites habitude que je prends, ce sentiment de liberté, de folie, de rencontres permanentes.
Je sais que tout cela va énormément me manquer, mais anyways, on n'en n'est pas là.

Alors entre temps, je profite. Je visite le Portugal avec les moyens du bord, et je cherche aussi à sortir du Portugal. Je ne suis jamais allée en Espagne (hé oui), et je compte y remédier très bientôt.
Je vous redis ça très vite. On s'tient au jus

Mais sinon, je suis allée à Lisbonne. (phrase de transition toute pourrie : fait !)


Un copain et moi-même avons sauté sur l'occasion lorsque le groupe ESN (Erasmus Student Network) a annoncé le voyage à Lisbonne pour trois jours et deux nuits.
En plus, c'était l'occasion parfaite pour rejoindre deux copains, eux aussi Erasmus, mais à Lisbonne.


A la base, le voyage était de 60 euros, transport, hébergement, dîners et petit-déjeuners inclus. Mais comme on est en Erasmus dans une université privée, on a dû payer 20 euros plus chers. Okaaay

Je vous passe le trajet de 4heures en autocar après une nuit blanche parce qu'on a eu la bonne idée de sortir le soir d'avant.

En arrivant, avec nos bagages et tout, les responsables ESN nous ont gentiment fait croire que l'hôtel était celui juste en face de là où l'autocar était garé alors que NON.
On a dû grimer (littéralement) une colline ou je sais pas quoi (j'en suis encore traumatisée 2semaines après) avec nos paquetages et nos esprits à moitiés éveillés. Du koh lanta tout craché.

ça, évidemment, c'est le tiers de la montée. Vu de haut.

Et évidemment, pour aller à l'accueil de l'auberge il y avait encore des hauteurs à grimper. #ontravaillelesfessiers
Mais bon, nous avions tellement hâte de poser nos valises que la montée est passée crème. Ou presque.

Mais en arrivant à l'accueil de l'hôtel -oups, auberge, pardon-, on nous informe que les chambres ne sont pas encore disponibles. Par conséquent on a eu du temps libre pour manger, et ça tombe bien, il était 13h.
Après la pause déjeuner, nous sommes retournés à l'auberge, découverts nos chambres, et là, je dois avouer que ce fut la grosse désillusion.
Bon, je ne m'attendais pas du tout à un hôtel 4 étoiles, of course, mais pas à un dortoir de 8 lits superposés avec une salle de bain et un seul WC. Je ne m'y attendais pas parce qu'avant le voyage, on a dû remplir un document précisant avec qui on voulait être dans la chambre...
Mais bon, ça n'a pas non plus gâché le voyage, donc je ne m'attarderais pas plus que ça dessus.




Paëlla (à la portugaise) à l'encre de pieuvre pour moi et Frites je sais plus quelle viande pour le Styven.














































Je ne vous cache pas que ce voyage a été rendu bien meilleur par nos amis qui étaient à Lisbonne. Sans eux, on n'aurait pas fait tant de choses en si peu de temps, et peut être beaucoup moins profité.



 Quand le Macdo devient trop présent...
Université de Lisbonne





Lisbonne, en somme, c'est vraiment joli, (malgré le fait que je préfère Porto !) avec ces rues colorées, escarpées et avec de nombreux pavés.
Un photographe professionnel s'y régalerait je pense.
Mais justement, ces rues escarpés m'ont fait beaucoup réfléchir quant au sort des personnes handicapées, ou plus futilement, aux femmes en talons.
C'est impossible là bas !!
Centre commercial Vasco Gama





Voilà, j'espère que les photos vous font un peu voyager ! 

Bisous !




Commentaires